aliv-e.com - une division de Jalinis


ACCUEIL
CONTACT
QUI SOMMES-NOUS?
SHOPPING
CONFIDENTIALITÉ

FRANÇAIS
ENGLISH


Choisis la vie!

        






 PROMOTIONS

- Canada
- Europe

 APPAREILS

A - Z

Déshydrateurs
Extracteurs de jus
Germoirs
VitaMix
Usagés

 LIVRES

Français
Anglais
 SUPPLÉMENTS

AIM
BarleyMax
A - Z

 ÉDUCATION

Activités
Archives
Bien Vivre
Cellule Saine
Déshydratation
Famille Boutenko
Germination
Lectures suggérées

 PARTENAIRES

AIM International
Ateliers et cours
Les Éditions Jalinis


La maladie de Crohn

Par Michel Lecomte, n.d.

La maladie de Crohn est une affection inflammatoire du tube digestif, dont la cause est inconnue. Elle peut être observée à n'importe quel niveau du tube digestif mais elle atteint le plus souvent la portion terminale grêle, le gros intestin (côlon) et la région anale.

Cette maladie est en règle générale chronique, et elle se caractérise par des poussées du processus inflammatoire de gravité variable alternant avec des phases de rémission de durée parfois prolongée.


Hypothèses quant à la cause

Génétique
L'incidence de cas familiaux (jumeaux, frères et sœurs) est supérieure aux lois du hasard. C'est donc dire que lorsqu'un membre d'une famille est atteint, il y a plus de chance qu'un autre membre de la famille soit atteint que dans la population en général. De plus des gènes de prédisposition à la maladie ont été décrits sur le chromosome 16, plus particulièrement le groupe tissulaire HLA-B27.

Environnement et alimentation
La maladie de Crohn est plus fréquente en Amérique du Nord et en Europe du Nord. Elle est de fréquence intermédiaire en Europe du sud et rare dans les autres parties du monde. Elle est plus fréquente en milieu urbain qu'en milieu rural. Cela amène donc à penser que l'environnement et possiblement le stress pourraient avoir une influence sur son développement, ainsi que les habitudes et les allergies alimentaires.

Concernant les habitudes alimentaires, il existe des différences entre le régime alimentaire de sujets sains et celui de personnes atteintes de la maladie de Crohn. Ces différences incriminent les fibres, la margarine, les sucres raffinés, les " corn-flakes " et certains additifs dont la carrégénine.

Le tabagisme augmente le risque d'apparition de la maladie de Crohn, surtout chez les femmes. Le mécanisme de l'effet nocif du tabac passerait par des troubles de la micro-circulation dans la paroi de l'intestin.

Actuellement, la recherche d'un agent infectieux s'oriente vers une hypothèse d'origine virale. Une infection par le virus de la rougeole lors des premiers jours de la vie, voire avant, lors du dernier trimestre de la grossesse, pourrait jouer un rôle dans l'apparition 20 ou 30 ans plus tard d'une maladie de Crohn. Les recherches virologiques sont en pleine évolution mais il ne faut pas oublier le fait bien établi que la maladie de Crohn n'est pas contagieuse. Il est toutefois important de noter que des chercheurs britanniques (Medical Tribune, 1993) ont trouvé des traces de ce virus de la rougeole dans la portion malade de l'intestin de 13 patients sur 15 atteints de la maladie de Crohn, alors qu'il était présent chez une très petite minorité chez ceux qui n'étaient pas atteints.

Facteurs immunologiques
L'inflammation granulomateuse a été attribuée à un mécanisme auto-immun, selon Fattorusso et Ritter (1986).

Hypothèse intégrationniste
Une hypothèse qui intègre les facteurs génétiques, environnementaux, alimentaires et infectieux a de plus en plus cours pour expliquer l'étiologie de la maladie de Crohn. Des années avant l'apparition des premières manifestations de la maladie, les patients contracteraient un virus à lent développement. Celui-ci modifierait la réponse immunitaire à l'étage digestif, de telle sorte que certains composants de l'alimentation seraient considérés par l'organisme comme des ennemis, et donc déclencheraient une réaction de défense. Le patrimoine génétique pourrait agir en modulant cette réponse défensive.


Age de début - répartition des sexes

L'âge moyen de début de la maladie de Crohn est de 27 ans mais la maladie peut se révéler à tout âge, depuis la première enfance jusqu'après l'âge de 70 ans. Contrairement à la recto-colite hémorragique où l'on note une prédominance féminine, la maladie de Crohn affecte à égalité les deux sexes.

Physio-pathologie

En 1932, Burril B. Crohn, médecin américain, a donné son nom à la maladie en décrivant 14 cas de l'affection localisée à la moitié terminale de l'intestin grêle (iléon). Il a mis en lumière la spécificité des lésions laissées par la maladie. Par la suite, on a pu constater que ces lésions spécifiques pouvaient être localisées à différents endroits des intestins, bien que 40 à 50% des cas soient localisés à l'iléon (iléite régionale-terminale).

Lowe nous indique (p. 228) que les caractéristiques spécifiques de la maladie de Crohn nous montrent une muqueuse en pavés ou gallets provoqué par la combinaison de zones ulcérées et fissurées et de zones d'oedèmes muqueux.

La survenue d'un cancer de l'intestin grêle ou du côlon est plus fréquente chez les patients atteints de maladie de Crohn depuis plus de 20 ans que dans la population générale.

Manifestations intestinales
L'occlusion intestinale (les intestins bouchés) est la conséquence d'une stagnation des selles en général dans l'intestin grêle. Elle entraîne une distension de l'intestin situé en amont, source de ballonnements et de douleurs déclenchées par les repas. Quand l'obstacle se complète, les aliments ne peuvent plus progresser et surviennent, alors, des vomissements. Une intervention chirurgicale devient rapidement nécessaire.

Les abcès intra-abdominaux et les fistules sont des complications particulières à la maladie de Crohn. Elles sont la conséquence de l'évolution en profondeur des ulcérations intestinales qui s'étendent à toute l'épaisseur de la paroi de l'intestin.

Aspect clinique

Les symptômes de la maladie ne sont pas spécifiques. Les plus fréquents sont les douleurs abdominales et la diarrhée. Ce qui est spécifique de la maladie de Crohn, c'est son mode évolutif (par poussées aiguës) et les lésions intestinales.


Les manifestations extra-digestives
Les plus fréquentes sont articulaires. On distingue le rhumatisme périphérique touchant les articulations des membres (genoux, chevilles, épaules, coudes et poignets) du rhumatisme axial qui concerne la colonne vertébrale et le bassin. Les douleurs articulaires prédominent volontiers la nuit et s'associent à une raideur. Les articulations périphériques sont gonflées et recouvertes d'une peau luisante et rouge en cas d'arthrite. Les poussées de rhumatisme périphérique surviennent à la suite des poussées évolutives de la maladie de Crohn tandis que le rhumatisme axial a tendance à évoluer indépendamment de l'état digestif. Parfois, l'extrémité des doigts est trop grosse et déformée, avec un bombement excessif des ongles. Cette déformation, décrite par Hippocrate et donc nommée hippocratisme digital, n'est pas spécifique de la maladie de Crohn.

Les manifestations cutanées
Ces manifestations n'apparaissent qu'au moment de poussées évolutives de la maladie de Crohn. La plus fréquente d'entre elles est l'érythème noueux. Il se présente sous la forme de petites tuméfactions, sensibles, rouges violacées, siégeant sous la peau, sur les jambes ou les avant-bras. Beaucoup plus rarement, des ulcérations cutanées à rebord violacé, d'évolution extensive, appelées Pyoderma gangrenosum siègent au niveau des cuisses.

Les manifestations oculaires
Celles-ci font également suite aux poussées de la maladie de Crohn. Elles peuvent entraîner une douleur à la lumière, une inflammation de l'iris, ou n'être dépistées que lors d'un examen ophtalmologique.

Les manifestations urinaires
Les calculs rénaux sont plus fréquents en cas de maladie de Crohn atteignant l'iléon. Les graisses, mal absorbées du fait du manque de sels biliaires vont fixer le calcium dans l'intestin, empêchant la fixation normale du calcium sur l'oxalate d'origine alimentaire. Or, normalement, la formation de ce complexe calcium-oxalate empêche l'absorption de l'oxalate par le côlon, ce complexe étant éliminé dans les selles. Le manque de calcium libre dans l'intestin (dû à sa fixation sur les graisses) va donc laisser l'oxalate libre de tout lien et ce dernier pourra être absorbé par le côlon puis concentré par les reins, aboutissant à la constitution de calculs d'oxalates. La formation de calculs est également favorisée par toutes les circonstances entraînant une déshydratation (chaleur, diarrhée). La prévention de ces complications passe donc par un apport suffisant en eau et par un régime pauvre en oxalates en cas d'atteinte iléale.


Altération de l'état général

D'intensité variable, et accompagnant les poussées évolutives, l'altération de l'état général peut associer une asthénie (de la simple fatigabilité à l'effort à une profonde fatigue), une anorexie, une anémie discrète, de l'hyperleucocytose, une augmentation de la vitesse de sédimentation et de la fièvre (du décalage thermique à 37°5 jusqu'à une fièvre élevée à 39°- 40°). La restriction des apports alimentaires, favorisée par les douleurs abdominales, aboutit à une perte de poids. D'autres facteurs peuvent concourir à l'apparition d'un état de dénutrition tels les troubles de l'absorption en cas d'atteinte de l'intestin grêle. Cette dénutrition peut être globale par insuffisance d'apports énergétiques ou caloriques mais elle prédomine, souvent, sur les protéines. Certaines vitamines et minéraux peuvent également manquer.


Traitement

L'approche naturopathique s'attarde tout d'abord aux facteurs alimentaires. En effet, lorsqu'il y a inflammation intestinale, il faut ajuster l'alimentation en éliminant les substances irritantes pour la muqueuse. Gilles Parent, n.d., dans La Voie naturopathique, nous rappelle que le blé, le lait de vache (intolérance au lactose) et la levure exacerbent les symptômes inflammatoires des intestins. L'intolérance au fructose et au sorbitol serait présente chez 17,3% des personnes atteintes de la maladie de Crohn (Mishkin et al, 1994).

Il faut également vérifier les allergies alimentaires car, comme le rapporte monsieur Parent (Idem), les gens atteints de maladies inflammatoires des intestins ont une réaction allergique à plusieurs aliments.

En plus des aliments irritants pré-cités, les aliments allergènes seront aussi éliminés pour un certain temps. On veillera à alimenter la flore intestinale avec de bonnes bactéries lactiques de type acidophilus.

Une diète riche en acides gras essentiels Omega 3 et Omega 6 (huiles de tournesol, de lin, poissons, etc.) sera indiquée, car ces acides gras essentiels sont impliqués dans la production de prostaglandines de série 1 et 3 qui ont une action anti-inflammatoire. Les sources d'acide arachidonique seront supprimées, comme la viande rouge et tous les gras saturés. Il faudra veiller à éviter les excès d'acide linoléique (Omega 6) qui parfois prend le chemin métabolique de l'acide arachidonique et produit des prostaglandines de série 2 et des leucotriènes qui sont des substances inflammatoires.

Les légumes non acides comme le brocoli, les germinations, les carottes, etc., seront privilégiés, de même que des céréales comme le riz et le millet (et non le seigle et le blé). Il faudra éviter les aliments raffinés et faire attention aux carences nutritionnelles, particulièrement les protéines. On recommandera de prendre du psyllium pour avoir un apport suffisant de fibres (Balch et Balch, 1997).

La recherche a démontré que des phytonutriments alimentaires peuvent moduler les médiateurs et les déclencheurs de l'inflammation. Ceux contenu dans le curcuma, le boswellia, le thé vert et les agrumes figurent parmi les plus puissants inhibiteurs des médiateurs de l'inflammation. Les acides gras essentiels Omega 3 et Omega 6, de même que la nigellone de la nigelle, sont également reconnus pour cette action.


Tests de laboratoire

Les tests d'allergies alimentaires (ELISA), de perméabilité intestinale et l'analyse complète des selles serviront à éliminer les allergènes, détecter des parasites et assurer le suivi de la reconstruction de la membrane intestinale. Bien que ces tests ne soient pas spécifiques à la maladie de Crohn, ils permettent de détecter des facteurs promoteurs et des problèmes conséquentiels à la maladie, problèmes qu'il faudra éliminer pour assurer une guérison.


Supplémentation

La supplémentation tournera autour du processus inflammatoire et de la reconstruction de la membrane intestinale. Un apport d'acide gamma-linolénique (huile d'onagre, de bourrache), d'acide alpha-linolénique et d'acide éïcosapentaénoïque (huiles de poissons) sera nécessaire. Les acides gras ont aussi une action sur la perméabilité intestinale. Le faible taux d'acides gras essentiels sériques chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn a été démontré, comme l'indique Gilles Parent (déjà cité).

La vitamine C, l'acide panthothénique, le coenzyme Q10, la vitamine E, le zinc, l'acide folique, la vitamine B12, la glycine et la glutamine accélèrent la cicatrisation de la muqueuse et aident à restaurer et maintenir la fonction de la perméabilité intestinale.

Du côté des plantes, le gel d'aloes et l'écorce d'orme rouge aident à cicatriser la muqueuse. On pourra aussi ajouter des enzymes digestives pour faciliter le travail digestif, ainsi que des bactéries lactiques comme mentionnées précédemment.


Références


BALCH, J.F., BALCH, P.A., Prescription for Nutritional Healing, Avery Publishing Group, 1997, 600 p.

BAUMER, DR P., " La Maladie de Crohn...Informations pour les patients et leur famille ", www.afa.asso.fr/Fr-Crohn.htm, septembre 1999.

BERNER, M.S., BIRON, P., ROTENBERG, G.N., Nouveau guide pratique des médicaments, Association médicale canadienne, Sélection du Reader's Digest, 1996.

FATTUROSSO, V., RITTER, O., Vademacum clinique, du symptôme à l'ordonnance, Masson, 1986.

LOWE, S. Anatomie pathologique générale et spécifique, De Boeck University, 536 p.

MEDICAL TRIBUNE, "Crohn's disease linked to measle", Mai 1993, p.10.

MISHKIN, S.R. ET AL., "Fructose/and/or sorbitol intolerance in a subgroup of lactose intolerant patients", Canadian Journal of Gastro-enterology, 1994, 8 (6), pp. 389-393.

PARENT, G., " La maladie de Crohn et sa gestion ", La Voie naturopathique, 1999, pp. 3-4.

THE NUTRITION REPORT, "Fatty acid deficiency in Crohn's", Février 1996, p. 13.







Recevez nos
info-santé :

Jalinis

C'est gratuit!






Déshydrateur Excalibur

Déshydrateur Excalibur
LA référence
depuis 40 ans!
[suite...]





Vos Jus Santé
Prêts en quelques minutes

Extracteur de Jus Green Star Elite

Green Star Elite






Épatez vos amis !

Vos invités voudront connaitre votre secret... mais pas besoin de leur dire que vous utilisez un Vitamix! [suite...]




Pourquoi manger des germina- tions et des pousses?
Pour garder un système immunitaire performant, pour perdre du poids, pour combattre les maladies inflammatoires, pour acquérir une vitalité sans pareil... [suite...]




Bienfaits des jus frais
Les jus frais sont indéniablement supérieurs aux jus du commerce, dont les ingrédients ont été traités et transformés, qui contiennent des additifs et qui en général ont été pasteurisés.... [suite...]




Déshydrateur Excalibur
Bouteille Filtre Puritii







LA référence depuis 40 ans!
[suite...]








 


 


Recharvez vos batteries avec le systeme PEMF Omnium

© aliv-e.com tous droits réservés 2016